Réparons le monde : Annulons la fête du Canada – Journée des peuples autochtones 2021

Le 21 juin marque la Journée nationale des peuples autochtones au Canada. Il s’agit d’une journée de célébration des cultures et des contributions des Premières nations, des Inuits et des Métis de ces territoires. Cependant, nous savons que cette date est également marquée cette année par des douleurs et résistances ravivées à la suite de l’horrible découverte des corps de 215 enfants dans un pensionnat de Kamloops, et de la violence coloniale incessante qui est infligée par le gouvernement canadien sur une base quotidienne.

Voix juives indépendantes (VJI) soutient l’appel lancé par Idle No More et d’autres autochtones protecteurs des terres et des eaux à annuler les célébrations de la fête du Canada cette année. La ville de Victoria a déjà répondu à l’appel, et nous demandons aux autres villes et villages d’en faire autant. Le 1er juillet de cette année, nous ne devrions pas célébrer la colonisation et le génocide. Nous devrions plutôt nous rassembler pour soutenir les communautés autochtones et les efforts de décolonisation menés par ceux-ci. À cette fin, Idle No More a dressé une liste d’actions #CancelCanadaDay (Annulons la fête du Canada) qui se déroulent dans différentes régions du pays. Nous vous encourageons à vous joindre à une de ces actions, ou à en organiser une en coordination avec les leaders autochtones, où que vous viviez.

La découverte de la fosse commune à Kamloops n’est que le plus récent rappel des violents passés et présents coloniaux du Canada. Joyce Echaquan et Raphael “Napa” Andre sont deux noms à retenir parmi tant d’autres victimes de la violence systémique quotidienne du Canada à l’égard des peuples autochtones qui ne doivent pas être oubliées.

Au cours des dernières années, VJI a soutenu les chefs héréditaires Wet’suwet’en résistant aux pipelines, les pêcheurs Mi’kma’ki revendiquant leurs droits issus des traités et les défenseurs de la terre au 1492 Landback Lane des Six Nations. Nous continuons à demander à la communauté juive canadienne de soutenir les peuples autochtones dans leurs efforts de décolonisation, car notre tradition juive de tikkun olam (“réparer le monde “) nous y oblige.

En tant qu’organisation juive qui œuvre pour la paix et la justice pour tous en Israël/Palestine, nous nous sommes réunis le mois dernier, bras dessus, bras dessous avec nos frères et sœurs palestiniens, pour résister à la violence coloniale israélienne à Jérusalem et à Gaza. Et bien que notre mouvement ait fait d’incroyables progrès vers la libération et la décolonisation en Palestine, nous savons que le travail commence toujours chez soi. Mettre fin au pillage des terres et à l’éradication des communautés et des cultures est un effort mondial, de la Palestine à l’île de la Tortue (Amérique du Nord).

Nos ancêtres sont venus dans ce pays que nous appelons le Canada, souvent en fuyant la persécution ou à la recherche d’une vie meilleure. Mais nous devons reconnaître que nous sommes toujours des visiteurs sur ces terres, dont beaucoup n’ont jamais été cédées ou ont fait l’objet de traités rompus. Cette année, prenons le temps de réfléchir aux terres volées que nous habitons, commençons à réparer les relations avec les communautés autochtones, et annulons la fête du Canada.