Déclaration de VJI Canada sur les événements à Charlottesville et à Quebec

Déclaration de VJI Canada sur les événements à Charlottesville et à Quebec

Aislin – La Meute, (The Gazette, 22 Août 2017)

Les manifestations racistes de Charlottesville ont été marquées entre autres par la présence des Juifs comme cibles de la haine des suprémacistes blancs. Les images de Nazis brandissant des torches et criant “The Jews Will Not Replace Us[1]” (“Les Juifs ne nous remplaceront pas”) ont fait le tour du monde et sont ancrées dans nos mémoires. 

Cette résurgence de la haine des Juifs  signifie-t-elle que nous devons être plus vigilants face à l’extrême droite? 

Pour Voix Juives Indépendantes, les événements de Charlottesville sont extrêmement graves, et le fait que des Juifs aient été une des cibles de la haine ne les rend pas plus graves en soi. En aucun cas ne devons-nous ignorer cette haine et il est de notre devoir de dénoncer l’antisémitisme manifesté par la suprématie blanche. Mais cela ne revient pas pour autant à privilégier une forme d’intolérance ou de haine, ici anti-juive, par rapport à une autre. 
 
Les actes fascistes de Charlottesville, leur ampleur et leur violence, sont la conséquence directe des déclarations et de l’attitude de Trump, et cela bien avant les derniers événements. Ce qui jusque là n’était – ou ne semblait être- qu’un mouvement marginal et caché a rapidement conquis la permission de s’exposer au grand jour et d’occuper le devant de la scène. 
 
Au Canada, des politiciens islamophobes et anti-immigrants ont également permis à des mouvements d’extrême-droite de se sentir légitimes dans leurs revendications et l’expression de leur haine. Six Musulmans ont été tués et dix-neuf autres grièvement blessés par un tireur blanc dans une mosquée de la ville de Québec en janvier dernier. Au même moment, les murs de l’Université de Laval étaient recouverts d’affiches invitant au recrutement de fascistes. Les mouvements racistes au Québec et au Canada ont augmenté de façon exponentielle à la suite de ces événements. Dimanche  dernier (le 20 août) à Québec, malgré une forte mobilisation sur les réseaux sociaux, le nombre des contre-manifestants antiracistes n’ a pu dépasser celui des manifestant fascistes alignés avec l’organisation islamophobe et anti-réfugiés La Meute.

Quelques centaines de personnes se sont présentées au rassemblement pro-Trump “Million Canadians” sur la Colline du Parlement en juin dernier. En juillet, à Halifax, une manifestation de Premières Nations

Aislin – La Meute, (The Gazette, 22 Août 2017)

 a été perturbée par le groupe “Proud Boys of Canada”. Plus tôt dans l’année, des membres de la Ligue de Défense Juive de Toronto se sont rendus jusqu’à la convention de l’AIPAC à Washington pour passer à tabac un professeur palestinien. 

Les événements de Charlottesville et le succès de La Meute à Québec continuent d’inspirer d’autres mouvements racistes. C’est pourquoi il est urgent que travaillions tous ensemble pour mettre un terme à cette vague de haine. En tant que Juifs, la meilleure réponse que nous puissions apporter face à ce phénomène n’est pas de détourner l’attention de la haine qui s’exprime contre les musulmans, les réfugiés, les personnes de couleurs et les personnes LGBTQ au nom de la blessure juive, unique et incommensurable. La meilleure réponse que nous puissions apporter est de nous tenir aux côtés de ces autres cibles de la même haine, et de la combattre avec eux. Malgré l’antisémitisme présent chez les des suprémacistes blancs, les Juifs sont très privilégiés dans les sociétés canadienne et américaine. Nous pouvons UTILISER ce privilège afin de nous unir aux autres victimes et de combattre ensemble TOUTES les formes d’intolérance et de haine.  

Toutefois, un élément DEVRAIT fortement perturber les Juifs: le fait que les suprémacistes blancs puissent à la fois haïr les Juifs et adorer Israël. Dans une entrevue avec la télévision isralienne, le leader “alt-right” Richard Spencer s’est lui-même déclaré un “Sioniste blanc”, déclarant que les blancs aux États-Unis devraient bénéficier des mêmes droits exclusifs que ceux dont bénéficient les Juifs d’Israël. 

Naomi Dann, de l’organisation américaine Jewish Voice for Peace, a fait remarquer à ce sujet: “Richard Spencer, dont les opinions racistes sont abhorrées par la majorité de la commuanuté juive, pose un miroir en face du sionisme, et le reflet n’est pas beau à voir [2].”
 
Les leaders des organisations juives traditionnelles se sont tues sur ce paradoxe et se sont montrées particulièrement molles dans leur condamnation du racisme qui s’est exprimé à Charlottesville. Les voix juives doivent se faire entendre sur les enjeux de droits humains comme la surveillance policière, les enquêtes sur les femmes autochtones disparues et assassinées, les taux élevés d’incarcération et de pauvreté parmi les Autochtones et les Africains-Canadiens, et la diffamation à l’égard des Musulmans. 
 
C’est le moment pour nous, Juifs canadiens, de nous battre pour les droits de tous. 
 
 
Voix Juives Indéendantes (VJI) est une organisation nationale de défense des droits humains dont l’objectif est de promouvoir une résolution juste du conflit israélo-palestinien à travers l’application du droit international et dans le respect des droits humains pour toutes les parties. 

[1] Variation du slogan “You will not replace us,” en référence à la peur des néo-fascistes, craignant une extinction de la “nation blanche” face à l’afflux de non blancs.