Des politiciens canadiens représentant près de 60 députés signent un engagement contre les plans d’annexion israéliens

Mardi 7 juillet 2020 – Des politiciens canadiens représentant près de 60 membres du Parlement ont signé un engagement appelant le gouvernement « à faire preuve d’une opposition significative » aux plans israéliens visant à annexer des parties du territoire palestinien occupé. L’engagement demande également au gouvernement « d’envisager tous les moyens diplomatiques et économiques susceptibles de mettre fin à l’annexion et d’inciter Israël à respecter le droit international ».

Au total, 29 députés ont signé cet engagement, y compris les responsables des affaires étrangères de trois des quatre partis d’opposition, quelques libéraux et un indépendant. Le nombre de députés représentés monte à 57, puisque trois députés affiliés au Bloc Québécois – Stéphane Bergeron, Mario Beaulieu et Alexis Brunelle-Duceppe – ont signé au nom de l’ensemble du caucus du Bloc, qui en compte 32.

Cet engagement est le fruit d’une campagne en ligne lancée par plusieurs organisations de la société civile, dont l’Église unie du Canada, le Congrès du travail du Canada, le Comité central mennonite, la Fédération canadienne des étudiants, le Syndicat canadien de la fonction publique, l’Alliance de la fonction publique du Canada, les Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient et Voix juives indépendantes (VJI). Près de 6500 Canadiens ont participé à la campagne jusqu’à présent.

« Cette engagement devrait envoyer un message fort au gouvernement Trudeau, à savoir que les mots ne suffisent pas et qu’il faut agir en conséquence », a déclaré Corey Balsam, coordinateur national de VJI.

Trudeau a exprimé que son gouvernement s’oppose à l’annexion, mais n’a pas encore annoncé de mesures pour dissuader ou punir Israël s’il y procède. Pas plus tard qu’en mai, Trudeau a discuté du renforcement des relations avec Israël et de la poursuite de l’accord de libre-échange Canada-Israël (CIFTA), qui comprend des colonies en Cisjordanie occupée qu’Israël a l’intention d’annexer.

« Si le Canada est sérieux dans son opposition à l’annexion, il doit faire quelque chose », a déclaré M. Balsam. « Le gouvernement Trudeau a imposé des sanctions et s’est prononcé avec force contre la Russie pour avoir annexé la Crimée. Il serait cohérent qu’il agisse de la même manière à l’égard d’Israël ».

Les députés canadiens signataires rejoignent les centaines de politiciens européens qui ont signé des déclarations contre l’annexion, y compris une lettre signée par 130 députés britanniques demandant au gouvernement Johnson de « faire comprendre publiquement à Israël que toute annexion aura de graves conséquences, y compris des sanctions ». La société civile palestinienne a également demandé des sanctions.

Un récent sondage EKOS parrainé par VJI a montré que 74 % des Canadiens veulent que le gouvernement exprime son opposition à l’annexion israélienne, et 42 % veulent imposer des sanctions économiques et/ou diplomatiques si le plan d’Israël se réalise.

La campagne d’engagement des députés est toujours ouverte aux signatures. « Il n’est pas trop tard pour que les députés se tiennent du bon côté de l’histoire, a conclu M. Balsam, « mais la fenêtre pourrait bientôt se fermer ».

Pour la liste complète des signataires, cliquez ici. Pour les demandes des médias, veuillez contacter info@ijvcanada.org.